mercredi 10 février 2016

Récompenses littéraires pour les Belges en 2015

La revue "Le Carnet et les Instants" - qui existe en version papier et désormais aussi via leur blog le-carnet-et-les-instants-net - vient de dresser la liste des principales récompenses littéraires obtenues par des auteurs belges en 2015 :


Prix Victor Rossel 2015 pour Eugène Savitzkaya
Considéré comme le "Goncourt belge", le prix Victor Rossel a été institué en 1938 par le journal "Le Soir" et pour le nom du fils du fondateur du quotidien. Il récompense chaque année un roman ou un recueil de nouvelles d'un auteur belge de langue française (parmi les précédents lauréats :  "Démons me turlupinant" de Patrick Declerck, "Monsieur optimiste" d'Alain Berenboom, "Blanès" d'Hedwige Jeanmart).


Né en 1955 à Liège, Eugène Savitzkaya développe une œuvre à la fois poétique, romanesque et théâtrale. En 2015, il a publié conjointement un recueil de poèmes, "A la cyprine", et le roman qui vaut le Rossel, "Fraudeur". Il a remporté le Prix triennal du roman en 1994 pour "Marin mon cœur". Si "Fraudeur" a été récompensé, le président du jury Pierre Mertens a souligné que c'est aussi l'ensemble de la carrière de Savitzkaya que le prix couronnait.


Prix Goncourt de la poésie 2015 pour William Cliff
Créé en 1985, le Goncourt de la poésie (appelé depuis 2012 le prix Goncourt de la poésie - Robert Sabatier) récompense chaque année un poète francophone pour l'ensemble de son œuvre (les Belges au palmarès :  Liliane Wouters en 2000, Guy Goffette en 2010 et Jean-Claude Pirotte en 2012). Le prix est doté de 6.000 euros.


Né en 1940 à Gembloux, William Cliff est poète, mais aussi traducteur et auteur de théâtre. Ses poèmes l'ont fait remarquer et apprécier de Raymond Queneau et lui ont valu de nombreux prix littéraires, dont le Grand Prix de poésie de l'Académie française en 2007 et le Prix quinquennal de littérature de la communauté française en 2010.


Prix Mallarmé 2015 pour Werner Lambersy
Le prix Mallarmé, décerné depuis 1937, récompense un poète d'expression française pour un recueil de poèmes. Il est décerné par l'Académie Mallarmé lors de la Foire du Livre de Brive, et est doté d'un montant de 3.800 euros (les Belges au palmarès de ce prix : "Eloge pour une cuisine de province" de Guy Goffette, "Incises, Incisions" d'André Schmitz, "La tristesse du figuier" d'Yves Namur).


Werner Lambersy est récompensé pour "La perte du temps", publié en 2015 par les éditions Le Castor Astral. Né à Anvers en 1941, Werner Lambersy vit à Paris. Il est l'auteur d'une œuvre poétique abondante, traduite dans plus de 20 langues.


Prix Apollinaire 2015 pour Liliane Wouters
Fondé en 1941, le prix Apollinaire couronne chaque année "un recueil caractérisé par son originalité et sa modernité, en dehors de tout dogmatisme d'école ou de technique". Le Belge Jean-Claude Pirotte a déjà obtenu ce prix avec "Autres séjours" en 2011.


Née en 1930, Liliane Wouters est l'auteure de plusieurs recueils de poèmes. Elle a aussi écrit pour le théâtre, et fait œuvre de traductrice. Elle est membre de l'Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique. Elle a reçu le Prix Apollinaire 2015 pour son recueil "Derniers feux sur terre" et pour l'ensemble de son œuvre.


Prix de littérature des lycéens 2015 pour Barbara Abel
Lancé en 1993, le prix de littérature des lycéens est un prix attribué à un roman par des élèves de classes terminales d'écoles de toute la Fédération Wallonie-Bruxelles (parmi les anciens lauréats : "Tu ne jugeras point" d'Armel Job et "Les étoiles de l'aube" de Bernard Gheur). Pour l'édition 2015, plus de 3.000 élèves ont participé, lisant les ouvrages des cinq finalistes en lice (Geneviève Damas, Véronique Gallo, Guy Goffette, Thomas Gunzig et Barbara Abel) et rencontrant les auteurs venus à leur rencontre.


Née en 1969, Barbara Abel a reçu ce prix pour son roman "Derrière la haine". Elle est aussi l'auteure de nombreux romans policiers publiés chez les éditeurs de référence Le Masque et Fleuve Noir.


Prix Quinquennal de Littérature pour Jean Louvet et Jean-Marie Piemme
Décerné depuis 1929, ce prix d'un montant de 15.000 euros récompense tous les cinq ans un auteur pour l'ensemble de son œuvre. Il est également appelé "prix de couronnement de carrière". Les deux derniers lauréats sont Simon Leys en 2005 et William Cliff en 2010. Mais pour la première fois, ce prix a été remis conjointement en 2015 à deux lauréats : les auteurs de théâtre Jean Louvet (décédé peu après) et Jean-Marie Piemme.


Né à Moustier-sur-Sambre en 1934, licencié en philologie romane, Jean Louvet a été professeur de français à l'athénée de Morlanwelz. Influencé par Sartre et par Brecht, il commence sa carrière littéraire au début des années 60. Il innove en construisant son œuvre à partir de la question sociale, dans son imbrication avec l'histoire wallonne et l'évolution des mentalités ouvrières. Il est aussi un des promoteurs du Manifeste pour la culture wallonne de 1983. Il est décédé le 29 août 2015.


Jean-Marie Piemme est né à Jemeppe-sur-Meuse en 1944 dans une famille ouvrière fortement marquée par les idées communistes. Après une collaboration avec le Théâtre Varia, il rejoint, de 1983 à 1988, l'équipe de Gérard Mortier à l'Opéra National de Belgique. Sa première pièce, "Neige en décembre", écrite en 1986, sera mise en scène l'année suivante. Suivront une trentaine d'œuvres théâtrales jouées en Belgique et à l'étranger, dont certaines seront diffusées à la télévision. A côté de son travail d'auteur dramatique, Jean-Marie Piemme a aussi entrepris une réflexion sur le théâtre.

2 commentaires :