mercredi 29 mai 2019

Décès de François Weyergans

                 
media
L'écrivain franco-belge François Weyergans est décédé cette semaine. Je vous avais déjà parlé de lui en 2011 et 2012 :   https://ecrivainsbelges.blogspot.com/search/label/Weyergans%20François

Né en août 1941 à Bruxelles, François était le fils de l'écrivain belge d'inspiration chrétienne Franz Weyergans. Il a étudié à l'Institut Saint-Boniface-Parnasse (également le lycée d'Hergé) et à l'Institut des Hautes Etudes Cinématographiques. De ses origines familiales, il reconnaissait une double inspiration : Tintin et les Evangiles.

François Weyergans vit ensuite principalement en France. Son œuvre littéraire compte une quinzaine de titres, dont "La démence du boxeur" (Prix Renaudot 1992) et "Trois jours chez ma mère" (Prix Goncourt 2005). Passionné de cinéma et de danse, il a réalisé plusieurs films sur son ami Maurice Béjart qu'il accompagnera jusqu'à son décès en 2007. Il y a dix ans, il avait été élu à l'Académie française. Il est décédé cette semaine à Paris.

mercredi 15 mai 2019

Premier roman de Philippe Dester(becq)

                   
Le premier roman de Philippe Dester

Philippe Dester(becq) est un fidèle lecteur de ce blog, et je vous avais parlé de la sortie de son premier livre….il y a déjà dix ans :   http://ecrivainsbelges.blogspot.com/2009/03/premier-livre-de-philippe-desterbecq.html

Et je l'avais interviewé en 2011 :   http://ecrivainsbelges.blogspot.com/2011/12/interview-de-lecrivain-philippe.html

Après des contes et des nouvelles, il vient de sortir son premier roman, "Dans un grand champ de nuages", paru aux éditions du Saule. Il raconte ce qui se passe après le décès accidentel d'un adolescent, Alex.

Philippe Dester(becq) s'est confié à l'auteure Françoise Lison pour "Le Courrier de l'Escaut" :

"Mes contes pour enfants contenaient toujours une part de magie. Ce sera vrai aussi pour un recueil de nouvelles qui paraîtra en décembre. Voilà presque vingt ans, j'ai été lauréat d'un concours littéraire à Saint-Ghislain. Je me suis dit que j'étais sur la bonne voie… Je voulais me prouver à moi-même que j'étais capable d'écrire un roman, après cette suite de textes courts. Au départ, je savais que mon personnage était mort, frappé par le destin. Et qu'il n'allait pas se plaire là où il arriverait. Tout s'est construit petit à petit, et la fin n'est pas celle que j'avais imaginée en écrivant les premières pages. J'ai lu, à une époque, beaucoup de livres sur la vie après la mort et j'avais, en fin d'adolescence, un intérêt réel pour la fonction de médium. Ces éléments-là ont fait du chemin, parfois à mon insu. C'est un sujet difficile, les émotions sont fortes, les interrogations aussi. Elles peuvent être exprimées".

mercredi 1 mai 2019

Carl Norac, Poète National Belge 2020-2021

                                 
Carl Norac  succède à Els Moors

Lancé en 2014,  le projet "Poète National Belge" a été créé par plusieurs organisations et maisons littéraires de notre pays. Son objectif :   désigner un ambassadeur poétique qui doit valoriser pendant deux ans les échanges littéraires et culturels entre les trois communautés linguistiques de notre pays. Ce rôle a déjà été rempli par Charles Ducal (2014-2015), Laurence Vielle (2016-2017) et Els Moors (2018-2019).

On vient d'apprendre le nom du futur Poète National Belge pour 2020 et 2021 :  il s'agit de Carl Norac, né à Mons en 1960. Il a confié au journal "La Province" :

"Je suis très heureux et même ému, car cette sollicitation est symbolique. J'ai tout de suite pensé à mes parents quand j'ai appris ma nomination. Je suis plongé dans la poésie depuis mon plus jeune âge. Irène Coran, ma mère, était comédienne et jouait dans plusieurs spectacles axés sur cette thématique. Et puis, il y a forcément Pierre Coran, mon père, qui est un poète très connu. 

J'habite depuis vingt ans dans le Loiret en France, mais je m'apprête à revenir en Belgique du côté d'Ostende. Les maisons littéraires m'ont nommé sans savoir cela. C'est un signe!  C'est à mes yeux une manière de me souhaiter un bon retour au pays. Je vais avoir l'occasion de faire le tour de la Belgique grâce à mon futur rôle. 

J'ai la chance d'avoir écrit une trentaine de livres qui ont été traduits en néerlandais. J'ai déjà collaboré avec plusieurs illustrateurs néerlandophones. Je trouve cela stupide de mettre une frontière entre le nord et le sud du pays. La situation s'améliore à ce sujet mais il y a encore beaucoup de travail. Bart Moeyaert est très peu connu en Wallonie. Or, c'est un auteur belge qui vient de remporter le Prix Astrid Lindgren (cette distinction est considérée comme le Prix Nobel de littérature jeunesse).

Mon premier projet en tant que Poète National sera de parcourir les différents cours d'eau de la Belgique à bord d'une péniche, où les artistes pourront venir à la rencontre de leur public". 

mercredi 17 avril 2019

Recevoir l'écrivain belge Frank Andriat à l'école

Frank, un homme heureux



Lors de sa récente visite à un collège de Comines, l'écrivain belge (et ancien professeur à l'athénée Fernand Blum à Schaerbeek) Frank Andriat s'est confié au journal "Le Courrier de l'Escaut" :   
"Je vais dans les écoles à la demande des profs. D'une école à l'autre, on me pose les mêmes questions, mais les personnes sont tellement différentes. Mes rencontres scolaires permettent aussi de soutenir un projet humanitaire d'une école de jeunes filles en Afghanistan. C'est motivant pour moi de pouvoir aider les autres. 


La littérature, c'est la vie de tous les jours :  parfois plus beaux, parfois en plus atroces. Je pars de faits réels, puis j'invente la suite du contenu. Le livre doit être une passion :  un livre, c'est 1% d'inspiration et 99% de transpiration. Il ne faut pas hésiter à relire pour que tout soit le mieux possible. Cela peut aller jusqu'à une quinzaine de relectures. Par rapport aux migrants, notre société pour être réussie doit être multiculturelle. Dès mon enfance à Schaerbeek, j'ai fréquenté la multiculturalité et aussi dans mes classes en tant qu'élève puis comme professeur. C'est une richesse extraordinaire. Lors des marches pour le climat, la démarche des adolescents est formidable. Ils prennent le destin de leur vie en main, ce que les adultes ne font pas assez.

En tant qu'auteur, mon but est de faire lire et de donner du plaisir de lire à ceux qui n'aiment pas lire au départ. Quand j'ai des ados qui me disent "nous ne sommes pas des lecteurs mais par le texte, nous avons été jusqu'au bout d'un livre pour la première fois", alors c'est le plus beau des cadeaux à un auteur. Les livres, c'est comme la vie. Je suis heureux d'écrire ce qui me plaît et de défendre les causes auxquelles je crois. Etre prof a été 36 ans de bonheur au quotidien par les relations créées avec les élèves. En écoutant l'autre et en se mettant à son niveau, c'est un métier de relation qui m'a plu tout le temp". 

Avis aux enseignants :  pour recevoir Frank Andriat (ou un autre auteur belge francophone), vous devez prendre contact avec Mme Cécile Jacquet du Service de Promotion des Lettres (Ecrivains en classe) de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Voici son adresse courriel :  cecile.jacquet@cfwb.be

Personnellement, j'ai lu deux livres de Frank Andriat :

"Pont désert" (éditions Desclée de Brouwer)

Installé sur le pont des Arts en face de l'île de la Cité à Paris,  Julien, un quadragénaire désoeuvré, célibataire sans enfants, ne sait plus où il en est et on l'imagine au bord du suicide :    "Je n'ai jamais eu l'art de rendre les gens heureux autour de moi. Ni d'être heureux avec eux. Le bonheur s'apprend par imprégnation et je n'ai pas été imprégné de beaucoup de beauté durant mon enfance. Ni après. La vie te largue et tu largues la vie. Quand on ne reçoit pas de cadeau, on n'a pas envie d'en faire".

Julien nous raconte son enfance monotone à Gorcy en Lorraine (non loin de la frontière belge), les longues absences de son papa délégué commercial et la détresse de sa mère. A 20 ans, il décide de quitter sa famille pour aller vivre à Paris. Mais la désillusion est grande :   "Arriver à Paris, c'est entrer en indifférence. Tout à coup, le moi que je réussissais quand même à être à Gorcy n'était plus rien. Ici, personne ne me connaissait et je ne connaissais personne. Avec un peu de bagout, on finit toujours par se faire des amis, mais j'ai toujours été un solitaire et un muet".

Julien dépense toutes ses économies puis enchaîne les petits boulots mal payés, mais il n'a pas la vie palpitante qu'il croyait trouver dans la capitale, et se décrit comme "un anorexique de l'âme enfermé dans le refus de m'épanouir".  Il nous parle de sa vie comme de "quarante années de galère avant de comprendre que c'est moi qui tiens les rames de mon désastre".

J'ai adoré ce beau roman de l'écrivain belge Frank Andriat que j'ai lu en une soirée. Certaines réflexions m'ont fait penser à ma vie ou à celle de proches. J'aime beaucoup cet extrait :  "On croit toujours que l'autre est mieux que soi. Tu t'attaches aux lueurs qui brillent à l'extérieur sans prendre le temps d'observer la lumière en toi, même si elle n'est pas plus forte que la flamme d'une allumette".

Le roman se termine par une note positive :  une rencontre imprévue sur le pont des Arts permet à Julien de faire la paix avec son passé et de mieux savourer le présent afin d'affronter l'avenir, d'avoir confiance en lui et d'être enfin heureux. Une vraie leçon de vie.

"Jolie libraire dans la lumière"  (éditions Desclée de Brouwer)

L'écrivain belge Frank Andriat a écrit un bel hommage à la littérature et aux liens puissants qui peuvent se créer entre les passionnés de livres (libraires, éditeurs, lecteurs, p.ex.). Tout commence dans une librairie où Maryline tombe sur une quatrième de couverture dont le récit ressemble à un épisode tragique de sa vie (le décès accidentel de son frère). Sa lecture l'amène à se poser de nombreuses questions dont seule une rencontre avec l'auteur pourra apporter des réponses...pleines de surprises. Et parallèlement, l'amour s'invite aussi dans la vie de cette jeune mère célibataire qui confiait   "L'amour des livres me rend heureuse"...

Frank Andriat écrit au sujet du personnage du roman :   "Le soir, il retrouve, près de sa bibliothèque, un coin paisible éclairé par une lueur discrète et il s'y recroqueville avec un livre. Puisqu'il vit seul, il lit beaucoup et ses collègues le charrient souvent à ce propos. Ils ne peuvent pas comprendre. Il leur répond, avec un sourire, qu'il attend la fin du jour pour embarquer dans la lumière. Ceux qui ignorent la puissance des livres haussent les épaules. Un livre, ce n'est pas la vie et rien ne vaut un verre de bière accompagné d'une blague épaisse!  On saisit le bonheur où l'on peut. Lui, l'employé des chemins de fer s'abstrait de son existence de gratte-papier avec les mots de ces gens qui inventent des mondes. Grâce aux livres, il déraille. Avec bonheur".

Sur le métier de libraire, l'auteur écrit :   "Elle est enchantée, car, souvent, elle connaît les clients qui se parlent et elle sait qu'hormis ce livre sur lequel ils viennent de poser leur dévolu, rien n'aurait jamais dû les rapprocher, les rendre curieux l'un de l'autre. Après leur achat, certains quittent la librairie ensemble, devisant comme s'ils se fréquentaient depuis longtemps. Elle rit alors à l'intérieur, là où ça crée comme une vague. Ces échanges justifient son métier. A elle aussi, il est arrivé de s'intéresser à une œuvre perdue dans la masse, un livre qui lui avait échappé et sur lequel la rencontre de deux clients a attiré son attention. Lorsque ça survient, le soleil descend derrière la vitre, s'incruste dans les rayonnages, même les soirs noir hiver ou ocre automne". 

mercredi 10 avril 2019

La collection "De Flandre" des éditions Tétras Lyre

En 2018, la maison d'édition belge de poésie Tétras Lyre a fondé son 30ème anniversaire. Elle a été fondée à Liège en 1988 par Marc Imberechts, instituteur de pédagogie Freinet originaire de Gembloux.

Dans leur catalogue, on trouve une collection "De Flandre" qui a été initiée en 2015 sur une suggestion de Gérald Purnelle (professeur à l'Université de Liège, spécialiste de la poésie francophone), désireux de promouvoir auprès d'un plus grand nombre la poésie flamande, très méconnue en terres francophones. Un comité consultatif a été créé autour de l'éditrice avec Gérald Purnelle, les traducteurs Bart Vonck et Katelijne De Vuyst. Tétras Lyre a également le soutien du Poëziecentrum de Gand.

Les deux premiers recueils publiés en 2015 ont été "Chant d'un cheval qui chavire" d'Els Moor (Poétesse Nationale 2018-2019), traduit par Kim Andringa, et "Le slalom soft" de Paul Bogaert, traduit par Daniel Cunin et Paul Bogaert.

En 2016, deux nouveaux titres sont parus :  l'anthologie "Lavis à l'encre" de Charles Ducal (Poète National 2014-2015) traduit par le comité des traducteurs de Passa Porta,  et "Nous sommes parallèles" de Maud Vanhauwaert, traduit par Pierre Geron. Elle est cette année la poétesse attachée à la Ville d'Anvers.

Pour des raisons structurelles, la collection "De Flandre" a été mise entre parenthèses en 2017 et 2018, mais trois nouveaux ouvrages sont sortis à l'occasion de la Foire du Livre de Bruxelles de février 2019, dont la Flandre était l'invitée d'honneur. On ne peut qu'encourager ces échanges culturels fructueux entre les communautés linguistiques de notre pays.

mercredi 3 avril 2019

Rik Hemmerijck, conservateur du Musée Verhaeren à Sint-Amands

                             13417585_1692867764310190_1770806958656089507_n

Après la visite du couple royal en 2016,  Rik Hemmerijckx (conservateur du Musée Verhaeren à Sint-Amands) a été nommé chevalier de l'Ordre des Palmes Académiques par le gouvernement français en 2018.  Originaire d'Alost, parfaitement bilingue, il a étudié l'histoire à la VUB et a consacré son mémoire de fin d'études au parcours du syndicaliste liégeois André Renard et sa thèse de doctorat à la résistance syndicale pendant la deuxième guerre mondiale et à la création de la FGTB.

Depuis dix ans, il est conservateur du Musée Verhaeren dont je vous ai déjà parlé. Il s'est confié à la revue "Le Carnet et les Instants", que vous pouvez recevoir gratuitement par courrier sur simple demande auprès du Service de Promotion des Lettres de la Fédération Wallonie-Bruxelles :

"J'ai commencé ma carrière aux archives du mouvement ouvrier socialiste à Gand. En 2001, je suis passé à la Fondation Auschwitz où j'ai travaillé pendant six ans. C'est un organisme principalement francophone, mais j'y gérais le versant néerlandophone. J'y ai beaucoup appris sur la gestion d'une organisation, ainsi que pour mes contacts avec la Belgique francophone. 

Au départ, en 2008, je n'étais pas du tout spécialiste de Verhaeren, mais je savais le situer. J'avais fait sa connaissance pendant mes études, notamment à travers le livre "Les écrivains et le socialisme" de Paul Aron, où un chapitre important lui est consacré. Je connaissais également l'œuvre de Frans Masereel, qui a illustré pas mal de recueils de Verhaeren. Mais en arrivant au musée, j'ai dû beaucoup approfondir ma connaissance de son œuvre.

On peut l'aborder de plusieurs manières :  par sa poésie d'amour, par ses "Villes tentaculaires", par ses odes à la Flandre. Il avait aussi un côté social, sympathisant du mouvement ouvrier, impliqué dans la section artistique de la Maison du Peuple de Bruxelles. Il était ami avec de nombreux artistes, comme Stefan Zweig, Rainer Maria Rilke ou Théo Van Rysselberghe. Il avait un rayonnement européen : il a fait des tournées littéraires en Allemagne, Pologne, Autriche, et jusqu'à Moscou et Saint-Pétersbourg. C'était à la fois un personnage public et un citoyen engagé.

On a dû recommencer à zéro pour constituer les collections qu'on découvre aujourd'hui au Musée Verhaeren. La province d'Anvers disposait d'une collection Verhaeren au musée de l'orfèvrerie Sterckshof à Deurne, qui est devenue la base du nouveau musée et qui a été par la suite agrandie avec des donations. Les pièces les plus importantes présentées au musée proviennent toujours de donations (par exemple, les deux tableaux de Georges Tribout, dont le "Verhaeren veste rouge", sont une donation de la famille Tribout de Saint-Cloud, près de Paris). Le "Verhaeren au petit-déjeuner" de son épouse Marthe Verhaeren-Massin, est une donation récente d'Hervé Dossin. D'autres œuvres ont été achetées en fonction des possibilités. 

Pendant ces dix années, j'ai poursuivi le travail de mes prédécesseurs, mais j'ai aussi apporté pas mal de changements. J'ai d'abord voulu enrichir et compléter le plus possible les collections du musée. C'est possible en ce qui concerne les livres, mais pas en matière d'œuvres d'art. Cela n'aurait d'ailleurs aucun sens. Ensuite, j'ai commencé à organiser deux expositions par an et j'ai voulu les rendre plus vivantes en invitant des artistes contemporains à entrer en dialogue avec l'œuvre de Verhaeren. Ainsi, en 2017, six ou sept artistes ont créé des œuvres pour l'exposition sur la poésie noire de Verhaeren. C'est un atout, car cela attire un autre public vers le musée.

Je m'efforce quand même de présenter les œuvres essentielles autour de Verhaeren et de son œuvre, ce qui implique d'acquérir régulièrement de nouvelles pièces. Ainsi, on est actuellement en train d'organiser l'achat d'un portrait de Verhaeren par Théo Van Rysselberghe. Quand on a affaire à une œuvre de valeur, on doit la payer en plusieurs fois. On a également acquis un buste de Boleslaw Biegas et toute une série de dessins de Constant Montald. En 2017, on a organisé une collecte de fonds pour acheter le fameux buste de Verhaeren par le sculpteur français René Pajot. L'organisation des expositions et l'édition des catalogues nous amènent également certaines donations venant de personnes qui nous font confiance. 

J'ai pu quasiment compléter la collection des éditions originales de Verhaeren. Par exemple, nous pouvons désormais présenter au public une collection complète de la fameuse "Trilogie noire", publiée aux éditions Edmond Deman à Bruxelles. J'ai également entamé un programme de traduction. Sous ma direction, cinq recueils de Verhaeren ont été traduits en néerlandais, de manière à faire mieux connaître son œuvre en Flandre. On a également eu la chance de pouvoir compter sur la collaboration de traducteurs renommés comme Stefaan Van den Bremt ou Koen Stassijns. Leurs traductions ont été bien accueillies par le public.

Je crois que le musée peut continuer à se développer, mais il faudrait d'abord qu'il s'agrandisse parce que nos collections commencent à être à l'étroit, et notre fonds est désormais assez riche pour présenter davantage de pièces au public. Il faut savoir que l'organisation des expositions temporaires entraîne nécessairement une réduction du volume de l'exposition permanente. D'autre part, j'ai beaucoup de projets pour les futures expositions. Cette année, nous évoquerons d'abord l'amitié de Verhaeren avec les artistes à travers une exposition construite autour d'une acquisition récente :  un portrait néo-impressionniste de Verhaeren par l'artiste français Louis Hayet. Ensuite, nous inviterons Michael Bastow, un artiste anglais établi en France, qui s'inspire du nu féminin, ce que je mets en relation avec le recueil "Belle chair". En 2020, nous accueillerons une artiste espagnole qui a illustré le recueil "Espana Negra" de Verhaeren. Précédemment, j'ai aussi accompagné avec une exposition la publication des recueils traduits en néerlandais. Donc, il y a pas mal de pistes tracées.

Lorsque la province d'Anvers a dû céder la main pour le soutien du musée, on ne savait pas bien où on allait, alors que dans un musée, il faut toujours pouvoir travailler sur le long terme. L'incertitude est funeste. Le Musée Verhaeren a toujours été connu, mais les générations qui ont connu Verhaeren vieillissent, et il faut donc penser au renouveau, c'est-à-dire toucher les plus jeunes générations. Or, on vit aujourd'hui dans un monde où le virtuel joue un rôle bien plus important qu'avant. Les jeunes n'ont plus vraiment envie de visiter un musée littéraire. En plus, la connaissance du français est fortement en déclin en Flandre. Conclusion :  pour un musée comme le nôtre, la conjoncture n'est pas très favorable". 

mercredi 27 mars 2019

"Une drôle de fille" (Armel Job)

                                 Afficher l’image source

A l'occasion de la sortie de son nouveau roman "Une drôle de fille",  l'auteur belge Armel Job a répondu aux questions des journaux du groupe L'Avenir :

"Votre histoire débute dans une famille quasi idéale. Tout paraît simple et soudain tout se complique...
- J'adopte un peu le vieux principe de Simenon. Mon histoire se déroule chez des gens ordinaires et soudain, un événement extraordinaire va provoquer de la passion, des choses enfouies vont refaire surface. Chez Simenon, cet événement extraordinaire est tragique, souvent un meurtre. Le paradoxe, dans "Une drôle de fille", c'est que cet événement, c'est juste une jeune fille qui est l'innocence même. Mais cette présence anodine va être le grain de sable dans l'engrenage. Et ça va détruire toute une famille. 

- Mais le mal était déjà dans le fruit?
- Je pense que la tranquilité d'une société repose toujours, d'une certaine manière, sur le silence concernant certains éléments ou événements. Tous, dans notre vie, il nous est arrivé de dire "on va écraser, on n'en parle plus". Mais parfois, certaines circonstances font que des "cadavres" qu'on avait mis sagement dans le placard ressuscitent.

- Sans dévoiler le fond de l'histoire, c'est aussi le harcèlement féminin qui est abordé?
- Mon histoire se déroule à la fin des années 50 mais trouve son origine durant la guerre. J'y traite du problème du harcèlement et je pense qu'il n'a pas évolué. Aujourd'hui, simplement, les femmes réagissent d'une façon plus déterminée. Surtout depuis qu'existent des mouvements comme MeToo et autres. Avant, on taisait beaucoup de choses mais les problèmes étaient vraiment les mêmes. C'est vraiment au centre de mon roman. Gilda, la mère, voit en Josée, la jeune fille qu'elle a été. Elle a peur et s'interroge :  que va-t-il se passer?

- Puis vient la rumeur qui va faire basculer les choses?
- De nos jours, on appellerait ça des fake news. C'est vraiment ce que nous vivons aujourd'hui. Une masse silencieuse veut exercer un contrôle social sur les autres. Dans la petite ville, tout est lisse jusqu'à l'arrivée de Josée, mais lorsque des problèmes surviennent, on se souvient que Gilda n'était finalement qu'une petite servante avant d'épouser Ruben. Les vieux griefs ressurgissent...

- Vous terminez votre roman par un post-scriptum écrit en 2018 : c'était nécessaire?
- Ce n'est pas la première fois que je le fais, mais ici, c'était important de le faire. Il était intéressant de rappeler le destin de chaque personnage. Parce que ça montre que Josée, personnage central du roman, disparaît complètement. Personne ne sait ce qu'elle est devenue. Elle n'a finalement aucune importance, et c'est cette indifférence qui me touchait". 

Cliquez ci-dessous sur "Job Armel" pour retrouver mes autres articles sur cet auteur belge.