samedi 31 décembre 2011

Prix de Littérature 2011 du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Le Prix de Littérature 2011 du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles vient d'être attribué à l'auteur belge Jean-Baptiste Baronian pour sa biographie de Rimbaud. Né en 1942 à Anvers, il est membre de l'Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique. Jean-Baptiste Baronian en a parlé au groupe "Vers l'Avenir" :

"Quelle a été votre démarche pour cette biographie de Rimbaud?

- Cette biographie de Rimbaud, ainsi que celles de Baudelaire et de Verlaine écrites auparavant, étaient des commandes. Ma démarche a été d'essayer d'innover par rapport à ce qui existait déjà. Pas évident. Mon parti pris a été de me mettre dans la peau de Rimbaud et d'écrire sa vie comme le ferait un romancier. J'ai créé un climat romanesque mais en respectant la réalité. Par exemple, pendant que Rimbaud est en Ethiopie, Verlaine, à Paris, se démène pour qu'on reconnaisse ses oeuvres. Mais je n'en parle pas, car Rimbaud ne le sait pas. J'ai aussi utilisé beaucoup de guides d'époque pour décrire les lieux où il a vécu.

- Baudelaine, Verlaine, Rimbaud : on sent que vous avez des affinités avec ces trois poètes?

- Exact et çà m'a fait réellement plaisir qu'on me demande d'écrire la biographie de chacun d'eux car je ne suis pas connu pour cette affinité. J'ai une étiquette fantastique ou policière sur le dos.

- Dans la foulée, vous sortez également une édition de poèmes de Verlaine illustrée?

- C'est dans la continuité. Les biographies ont rencontré un bon accueil et dans la foulée on m'a proposé la réalisation de cet album. J'ai choisi 100 poèmes illustrés par une série de tableaux. A nouveau, j'ai veillé à ce que ce soient des peintres contemporains de cette époque. J'ai beaucoup aimé faire ce travail. C'est un autre aspect de ma personnalité, un certain éclectisme. Je ne pense pas que la culture puisse ne pas l'être.

- On sent que vous admirez particulièrement Verlaine?

- C'est celui qui me plaît le plus. Pour moi, c'est le plus grand des trois. Derrière une certaine accessibilité, il dissimule une poésie très complexe, une pure musicalité et une grande profondeur. Il parle des instants de la vie, de la joie, de la tristesse avec une force et une puissance inégalée et inégalable. C'est fascinant parce que, en même temps, c'est un voyou, un lâche, un ivrogne. Il est même laid. Il a quasi tous les défauts.

- Pour revenir à Rimbaud, vous n'en avez pas fini avec lui?

- Je supervise actuellement un dictionnaire Rimbaud qui doit paraître dans le courant de 2013 dans la collection Bouquins chez Robert Laffont. J'y travaille avec une trentaine de collaborateurs.

- Et côté biographie, un autre rêve?

- J'aimerais beaucoup écrire des bios de musiciens. Des hommes comme Ravel ou Debussy. Mais pour l'instant, le temps manque. Un jour peut-être..."

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire