mercredi 31 octobre 2018

"Les dix-sept valises" (Isabelle Bary)

                              Afficher l’image source

A 50 ans, l'auteure belge Isabelle Bary vient de sortir un nouveau roman, "Les dix-sept valises", publié aux éditions Luce Wilquin. Elle a répondu aux questions du journaliste Bernard Meeus pour "Le Soir Mag" :

"Votre 10ème roman parle de l'avantage de voir les choses positivement. C'est si précieux à notre époque?
- Oui, je crois. Je suis toujours étonnée de voir des gens avec un passé difficile réagir parfois mieux que nous qui n'avons pas à nous plaindre. C'est un vrai talent de voir les choses de façon positive. Pour les autres, cela suppose un apprentissage pour se transformer, s'alléger, chausser les lunettes roses de la félicité. Cela permet de changer le regard qu'on porte sur le monde moins pesant. Mon héroïne,  Alicia, est ainsi. Elle est plus heureuse que Mathilde, qui est pourtant gâtée. Chez Alicia, c'est même inné ; elle n'en est pas consciente. Je suis parfois ainsi, moi aussi :  à privilégier ce qui ne va pas, comme ces parents qui voient un 15/20 sur le bulletin de leur enfant et cherchent les cinq fautes plutôt que de se dire que c'est déjà un bon résultat. Tout est une question d'approche.

- Le voyage occupe aussi une belle place dans cette fiction : vous vouliez traiter de la double appartenance, à deux pays, à deux cultures?
- Alicia est mi-algérienne, mi-marocaine. Comme beaucoup de femmes de sa génération, elle s'est sentie acculturée avec des parents nés là-bas et des valeurs d'ici. Elle est assise entre deux chaises. Elle balance entre ses racines et sa vie à Bruxelles. En fait, cette histoire est une histoire vraie, dictée par une amie. Elle voulait la partager mais ne savait pas comment s'y prendre. Elle m'a demandé de l'écrire mais je ne voulais pas d'un récit biographique, mais bien d'une fiction avec sa façon à elle de voir le monde, bienveillante, toujours ouverte en toutes choses, qui vise à cultiver le beau. Elle fut le terreau, la muse de cette fiction qui lui ressemble de près mais qui ne recoupe pas tout à fait son parcours, le tout dans un esprit de confiance mutuelle.

- Un mot sur les 17 valises?
- Elles existent vraiment!  Elles les suivent durant le voyage vers l'Algérie :  17 valises pour cinq, à trimballer en taxi, en train, en bateau, avec plein de cadeaux pour la famille. Ces 17 valises, Alicia va finir par les poser dans un geste qui n'est pas anodin.

- Un dernier mot sur le fond :   on voit affluer les livres incitant les lecteurs à être positifs. Etes-vous sur cette ligne?
- Pas tout à fait. Je laisse aux gens le soin de choisir. Ce n'est pas un guide, ni des conseils. Mais je n'aime pas les fins sombres. Je préfère laisser une porte ouverte. C'est un honneur d'être choisie par des lecteurs. Je ne les prends pas pour des idiots. Et je ne prends un thème (ce fut déjà le cas avec les secrets de famille ou les enfants à haut potentiel) que s'il est universel ou qu'il peut faire avancer la compréhension de nous-mêmes".

4 commentaires :