mercredi 12 avril 2017

"Le temps de passer" (Mimy Kinet)

                                                         

L'Arbre à Paroles vient de ré-éditer l'anthologie de la poétesse belge Mimy Kinet (1948-1996). Maman de trois enfants, elle a été directrice de la revue RegART et membre du comité de lecture de l'ancienne équipe de l'Arbre à Paroles de la Maison de la Poésie d'Amay. A 40 ans, elle a commencé à publier jusqu'à son décès. Un an plus tard, une première anthologie était sortie, mais elle était désormais épuisée. A l'initiative de son fils Olivier Rijckaert, une nouvelle anthologie (réalisée par Claude Donnay et Agnès Henrard) vient de ressortir, avec une série de textes inédits.

La revue "Le Carnet et les Instants" du Service de Promotion des Lettres de la Fédération Wallonie-Bruxelles commente :  

"La poésie de Mimy Kinet n'appartient à aucune école, à aucun groupe, à aucun courant précis. Le lecteur comprend instantanément qu'elle se sentait captive d'un monde trop étroit pour elle. C'est une poésie du réel, basée sur l'expérience même de la vie. Une poésie noire, autocentrée, mais pas narcissique, ni hermétique. Pas impudique non plus. Elle s'interroge en permanence sur le sens de la vie, de son début à sa fin. Elle l'expérimente, la ressent, essaie de donner un ordre, un sens grâce à la parole poétique. La vie est une errance qu'elle tente de matérialiser dans l'écriture. Pour elle, les racines de notre existence sont attachées au vide. Sa poésie questionne et se questionne sans cesse. Elle nous interroge sur notre provenance, nous associe à ses questions, tente de traduire en mots le monde que nous partageons tous".

Aucun commentaire :

Publier un commentaire