mercredi 29 juin 2016

Prix littéraires 2016 de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Prix du rayonnement des Lettres belges à l'étranger (4.000 euros)
Décerné depuis 1998, ce prix récompense une personne qui, dans un pays étranger, a œuvré à la promotion de la littérature de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce prix est décerné sur proposition de la Commission des Lettres. La lauréate 2016 est Colette Lambrichs pour l'ensemble de son travail. Née en 1946 à Bruxelles, Colette Lambrichs est installée à Paris depuis de nombreuses années. Romancière, essayiste et nouvelliste, elle est directrice littéraire des éditions parisiennes de La Différence depuis 1976. Dans le cadre de son travail d'éditrice, elle a largement soutenu la littérature belge et sa diffusion en France en publiant de très nombreux auteurs belges, poètes ou auteurs de fictions, jeunes créateurs, auteurs confirmés ou écrivains patrimoniaux ("La légende d'Ulenspiegel au pays de Flandre et ailleurs" de Charles De Coster en 2003, "Café Europa" de Serge Delaive en 2004, "Le bleu et la poussière" de Jacques Izoard en 1998, p.ex.).

Prix triennal de prose en langue régionale endogène (2.500 euros)
Tous les trois ans, ce prix récompense un texte en prose rédigé dans l'une des langues régionales de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le jury est composé de membres du Conseil des langues régionales (CLRE) et d'experts. La lauréate 2016 est Rose-Marie-François, romancière, nouvelliste, poète et traductrice. Formée au théâtre, elle dit sur scène ses poèmes et ceux qu'elle traduit. Elle a aussi enseigné dans les universités de Liège (Belgique), Lund (Suède) et Riga (Lettonie). Son livre "Lès chènes" (MicRomania) est un recueil de proses courtes en français et picard. Il traite de la vie quotidienne dans les années 1940-1945 à travers le regard d'une petite fille.

Prix de la première oeuvre (5.000 euros)
Depuis 1998, ce prix récompense, chaque année, un premier ouvrage d'un auteur belge ou vivant en Belgique, de langue française, tous genres littéraires confondus. La lauréate est l'auteur belge Aïko Solovkine, née en 1978. Son roman "Roméo" est sombre et glaçant, autour des jeunes évoluant dans un monde désespéré. Dans une langue riche et poétique, où l'argot côtoie les formulations élégantes, Aïko Solovkine dresse un portrait dur d'une jeunesse désenchantée.

Prix triennal du roman (8.000 euros)
Tous les trois ans, il récompense un auteur pour un roman publié à compte d'éditeur. Le lauréat 2016 est Thomas Gunzig (né en 1970), romancier, nouvelliste, auteur de théâtre, scénariste de film, chroniqueur pour la RTBF et le journal "Le Soir". Son livre "Manuel de survie à l'usage des incapables"  décrit une société où règnent les grands groupes obnubilés par des stratégies de gestion et de marketing. Le ton désinvolte, détaché et absurde tranche avec la vision déprimante de la société dépeinte par l'auteur.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire