mercredi 30 mars 2016

"Et je serai toujours avec toi" (Armel Job)

                                                  couverture


Présentation du roman :
Un soir de 1995, Branko, victime d'une panne de voiture, frappe à la porte de la maison de Teresa dans nos Ardennes. Cette jolie veuve d'origine polonaise, fervente catholique, vit avec ses deux fils Tadeusz et André. Branko est un réfugié croate, et s'impose vite comme une aide précieuse pour Tadeusz qui a repris en main la brasserie familiale. Teresa est persuadée que cet homme lui est envoyé par Dieu par son défunt époux pour les aider. Mais un crime est commis, Branko est soupçonné et arrêté, et il apparaît qu'il a commis bien pire lors de la guerre en ex-Yougoslavie...


Confidences de l'auteur :
"Je pense qu'un des rôles du roman, c'est de poser des questions. C'est ce que je fais ici, entre autres sur la notion de justice. Une notion qui prête à interprétation et qui, dès lors, mérite d'être analysée. Ce qui m'a toujours frappé, c'est qu'il y a vraiment deux poids, deux mesures. Si je suis un petit gangster minable qui se fait arrêter, je n'échappe pas à la justice. Mais si je massacre des gens pendant une guerre, il y a très peu de chance, finalement, que je sois condamné. Un tribunal comme La Haye, et comme d'autres auparavant, c'est le gros poisson qui les intéresse. Il faut que la société sache qu'en fait, beaucoup de crimes restent impunis. On peut pardonner mais pas effacer un crime, même Dieu ne peut le faire. Mais je pense que pardonner, c'est donner par-delà. Permettre à un être humain de se rétablir. Teresa ne peut pas dire "Je ferme les yeux" à Branko ; ce serait l'empêcher de renouer avec son humanité. Même le prêtre à qui se confie Branko ne prononce pas le mot "pardon". Il le "délie" de ses pêchés. Une façon d'inciter Branko à continuer à vivre, à regagner peut-être sa dignité. Vous savez, je n'ai rien inventé. Mon roman explore le même thème que "Crime et châtiment" de Dostoïevski. Et la réponse aussi est la même : il vaut mieux assumer".


Cliquez ci-dessous sur "Job Armel" pour retrouver mes autres articles sur cet écrivain belge.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire